Friday, Nov. 24, 2017

Flash Feed Scroll Reader

Danger!!! Le cancer du sein chez les hommes

Written By:

|

October 30, 2015

|

Posted In:

Danger!!! Le cancer du sein chez les hommes

Le cancer du sein est le plus fréquent des cancers chez les femmes. On estime qu’une femme sur 11 sera touchée par ce cancer au cours de sa vie. Très rarement, le cancer du sein peut toucher aussi l’homme (1 % des cas).

On distingue plusieurs types de cancers du sein. Parmi les deux plus fréquents : le cancer non invasif qui se forme à l’intérieur des canaux de lactation du sein et le cancer invasif qui touche les tissus autour de ces canaux. Le cancer invasif a plus de risque de s’étendre dans le sein et à d’autres organes s’il n’est pas pris en charge rapidement. Dans tous les cas, dépisté tôt, le cancer du sein se soigne très bien et il n’est forcément nécessaire d’enlever tout le sein atteint.

Les hommes ont, comme les femmes, des tissus mammaires. Un cancer peut donc s’y développer, le plus souvent à partir de la glande mammaire. Les hommes portent toutefois peu d’intérêt à cette zone du corps. Pour cette raison, ils tardent souvent à consulter lorsqu’ils remarquent un changement et le diagnostic intervient à un stade avancé de la maladie.

Il n’existe pas de médecins spécialistes du cancer du sein chez l’homme: les étapes du diagnostic et du traitement se déroulent dans l’ensemble comme chez la femme. C’est pourquoi les hommes sont traités en première ligne par des gynécologues, en collaboration avec des oncologues.

Les symptômes

Les signes suivants doivent attirer l’attention et encourager à consulter sans éprouver la moindre gêne:

* Une grosseur perçue sous l’aréole, la plupart du temps indolore, ou une    induration dans le sein, fréquente dans la région du mamelon ;

* La présence d’une petite plaie ou une rétraction dans la région du    mamelon ou de l’aréole ;

* Des ganglions palpables dans l’aisselle, apparents sous le bras ou au-    dessus de la clavicule ;

* un écoulement du mamelon.

Un grossissement ou un gonflement général du sein est le signe d’une gynécomastie, un phénomène bénin. La plupart du temps, elle est liée à un trouble hormonal.

Le diagnostic

Les principaux examens sont la mammographie, l’échographie et la biopsie. L’examen des tissus permet d’examiner au microscope s’il s’agit d’un cancer et si les cellules cancéreuses présentent à leur surface des récepteurs hormonaux ou d’autres caractéristiques susceptibles de favoriser la croissance de la tumeur, comme dans 90 % des cas.

Les traitements

Le plus souvent, la chirurgie représente le traitement de choix: elle consiste d’abord à enlever la tumeur. Puis, un examen des tissus permet de déterminer le type de cancer. On parle alors de « mastectomieradicale modifiée » car le muscle pectoral est conservé. Une mastectomie partielle est rare.

Le ganglion lymphatique sentinelle est également retiré pour rechercher des cellules cancéreuses. S’il est atteint, le chirurgien pratique une ablation axillaire des ganglions lymphatiques (les spécialistes parlent d’évidement ganglionnaire axillaire).Afin de détruire d’éventuelles cellules cancéreuses résiduelles, on prescrit souvent une radiothérapie.Si le médecin détecte des récepteurs hormonaux, on recommande une thérapie antihormonale pour bloquer les effets des hormones sur la croissance de la tumeur. La chimiothérapie entre en ligne de compte en fonction du stade de la maladie et d’autres facteurs. Il peut arriver que l’on combine ce traitement avec une thérapie par anticorps.

Les facteurs de risque possibles

Il n’y a pas de facteurs de risque connus pour ce type de cancer: certains facteurs peuvent augmenter le risque de développer un cancer du sein chez l’homme, mais il faudrait mener davantage de recherches pour clarifier leur rôle. L’essentiel consiste à ne pas culpabiliser.

La majorité des hommes atteints d’un cancer du sein souffrent d’un trouble hormonal: leur taux d’œstrogènes est plus élevé que le taux d’androgènes. Ce phénomène peut s’expliquer par : Des facteurs héréditaires comme le syndrome de Klinefelter, une anomalie chromosomique héréditaire entraînant un développement insuffisant des testicules, une production réduite de testostérone (hormone sexuelle mâle) et une gynécomastie ;

Des cas de cancer du sein dans la famille, surtout pour les hommes porteurs de la mutation du gène BRCA2.

Différentes maladies des testicules, une prise d’hormones à haute dose, une très forte surcharge pondérale ou une cirrhose du foie peuvent augmenter le taux d’œstrogènes, mais n’entraînent que très peu de cancers du sein chez l’homme.

Share This Article

Related News

Le gombo : 22 vertus médicinales extraordinaires !
L’Univers: une mort lente
Risque de la maladie rénale

About Author

Richard Kabamba

Comments are closed.

Leave A Reply